De plus en plus de consommateurs se montrent attentifs, non seulement à la qualité d’un produit, mais également à la manière dont il a été fabriqué ou à son impact environnemental. Les vêtements ne font pas figure d’exceptions. Ce phénomène porte même un nom puisque l’on parle de mode éthique. Quels en sont les grands principes ? Qu’implique-t-elle réellement au quotidien ?

Une définition multiple

Une telle mode n’a en réalité pas une définition unique. Elle se décline d’ailleurs sous plusieurs appellations comme consommation durable, éco-responsable ou encore “conscious fashion”. La mode éthique est née d’un besoin de connaître mieux les produits. En effet, suite à des scandales à répétition, certains consommateurs ont pris conscience que de nombreuses marques étaient dans l’incapacité de maîtriser entièrement le processus de fabrication des vêtements. De plus, la grande majorité des usines a été délocalisée vers des pays offrant un coût du travail faible afin d’améliorer encore les marges.

Des entrepreneurs ont pourtant relevé le défi lancé par ces consommateurs et ont créé un nouveau marché. Ils rivalisent d’innovations et tentent de proposer des produits de qualité avec un impact minimal sur l’environnement.

Changer ses habitudes de consommation

Le marché de la mode classique est sans cesse renouvelé avec plusieurs collections chaque saison. Si l’on en comptait encore quatre par année voici dix ans, on trouve désormais des enseignes qui proposent une collection différente tous les quinze jours ! Derrière cette accélération se cache une volonté des marques de pousser à acheter. La publicité fait même croire que les chaussures sont faites pour être portées seulement quelques semaines. Passée cette (courte) période, elles seront tout simplement considérées comme démodées !

La délocalisation a également eu des conséquences néfastes. Les conditions des travailleurs sont souvent déplorables (et même dangereuses) avec une rémunération misérable. De plus, l’industrie du textile figure parmi les plus grandes consommatrices de produits chimiques. Utilisés sans contrôle véritable, ils sont rarement retraités et polluent par conséquent les sols, les eaux et l’air environnants. Une consommation responsable implique donc de relocaliser la production dans des pays disposant de normes environnementales strictes.

Quelques règles simples

Si vous aussi, vous souhaitez participer à un tel mouvement, il vous suffit de tenir compte de quelques règles. Pour que votre achat puisse être qualifié d’éthique, il devra être fabriqué localement avec des matériaux durables et sans colorants chimiques de préférence. Portez également une attention forte sur le recyclage des déchets durant la production. Privilégiez les matières naturelles comme le lin, le coton ou le chanvre. Efforcez-vous de soutenir l’économie circulaire locale ainsi que le droit des animaux.

Tenez compte également de l’origine des produits finis mais aussi de ceux entrant dans sa composition. Il faut en effet s’assurer du bon respect du droit du travail et de la dignité des conditions. Enfin, ne vous laissez prendre au piège que vous tendent certaines grandes marques. Elles rivalisent en effet d’ingéniosité pour se payer des campagnes de communication laissant croire qu’elles produisent de manière éthique. C’est évidemment rarement le cas. C’est à vous, consommateur, de vous montrer vigilant et de vérifier l’ensemble des points évoqués ci-dessus. Évidemment, cela demande un peu de temps ! Toutefois, vous ferez un geste fort pour la planète. Vous constaterez enfin avec surprise que les produits éthiques sont, en moyenne, à peine plus chers que les autres. Cela vaut le coup de se donner un peu de mal, n’est-ce pas ?