Le harcèlement de rue, une situation que vivent beaucoup de femmes et de jeunes filles au quotidien que ce soit en allant au marché, à la sortie du travail ou simplement en prenant le métro. C’est une situation qui a un fort impact psychologique sur la victime, car cette dernière va vivre avec un sentiment de danger quotidien chaque fois qu’elle va sortir de chez elle. Comment alors éviter de se retrouver dans une situation de harcèlement? Comment se défendre contre ce fléau qui semble avoir pris pour cible une grande majorité de femmes?

Délimitation du harcèlement de rue

Le harcèlement de rue peut se définir comme le fait de s’imposer à une personne alors qu’elle est dans un espace public, des propos ou des comportements, généralement à caractère sexuel, créant un sentiment de malaise et d’intimidation chez la victime. Plus de 95% des harcèlements de rue ont pour cible des femmes entre 15 à 50 ans, de toutes les formes, qu’elles soient minces, rondes, petites ou grandes, et de toutes les origines. Le harcèlement de rue est en principe puni par la loi, avec des sanctions pouvant aller d’une amende à une peine d’emprisonnement. Mais il y a encore peu de femmes osant porter plainte et il est souvent difficile d’apporter la preuve de l’existence d’un harcèlement. De ce fait, beaucoup de femmes ont adopté des techniques qu’elles utilisent au quotidien pour éviter de se retrouver dans une situation de harcèlement de rue et dans le cas où la situation est inévitable, ces femmes ont souvent des astuces pour se sortir de la situation .

Demander de l’aide en situation de harcèlement

Ce type de harcèlement prend souvent forme dans un espace public comme la rue, il y a donc plus d’opportunité pour demander de l’aide. En général, ceux qui s’adonnent au harcèlement fuient et abandonnent en voyant que leur victime ne se laisse pas faire et attire l’attention sur eux. Demander de l’aide peut donc être un moyen efficace contre ce type de harcèlement. Le harceleur ne cherche généralement pas une confrontation directe et va préférer partir. C’est une ébauche de solution qui peut être mise en pratique partout, que se soit en pleine rue ou dans le train par exemple. En général, il serait plus efficace de demander à une personne spécifique, au sein des témoins, son assistance. Face à une situation de harcèlement dans le train par exemple, la victime peut demander à sa voisine d’appeler le contrôleur. Cette façon de demander spécifiquement va éviter que l’appel à l’aide ne soit pas entendu, en effet, dans ce genre de situation, certaines personnes peuvent ne pas se sentir concernées et peuvent hésiter à intervenir. Demander de l’aide spécifiquement à une personne qui assiste au harcèlement va lui conférer un devoir d’assistance et donc va l’encourager à intervenir ne serait-ce que pour appeler un responsable comme un agent de police. De plus, la personne en question peut servir de témoin en cas de démarche judiciaire ce qui va faciliter toute l’opération.

Sortir de chez soi en étant accompagnée

C’est une solution assez restrictive par certains aspects, car elle implique que les femmes quand elles vont sortir vont devoir être accompagnées, mais elle a le mérite d’être efficace. La majorité des hommes qui harcèlent vont s’attaquer à une femme seule, car ils considèrent sans doute qu’elle est plus vulnérable. Se déplacer en groupe ou sortir accompagnée doit être assez efficace comme moyen de lutter contre le harcèlement, surtout si l’accompagnateur en question est un autre homme. Certes, il est assez difficile de concevoir que les femmes soient arrivées à de telles extrémités pour devoir se protéger, mais il faut malheureusement consentir à quelques sacrifices pour être en sécurité. Si se déplacer seule est néanmoins inévitable, il serait judicieux de prévenir quelqu’un de l’endroit où l’on va et avec qui, et d’instaurer un système de message pour prévenir la personne que l’on est bien arrivé en sécurité à la destination. Se sont autant de petites astuces qui vont permettre aux femmes de prévenir toute agression à caractère sexuel, qui semblent être en progression ces derniers temps.

Prendre des cours d’auto défense

Plusieurs femmes, pour lutter contre le harcèlement de rue et pour se sentir plus en sécurité, se tournent vers les cours d’autodéfense. C’est un moyen efficace et plus direct pour lutter contre le harcèlement de rue, car la femme va pouvoir se défendre en cas d’agression. Les hommes qui harcèlent ont souvent l’habitude de voir leur victime se taire et endurer. Dans ce genre de configuration, la pratique des cours de défense va changer la situation, car non seulement la victime va être plus en confiance, mais elle va aussi être plus réactive, car elle saura qu’en cas d’agression sexuelle elle pourra se défendre. De plus, le harcèlement de rue n’est pas seulement physique, il peut aussi être verbal. Si dans le cas de ce dernier la victime ne peut faire grand-chose, elle pourra néanmoins se défendre si le harceleur s’enhardit et va commencer des attouchements physiques. En effet, la majorité des femmes qui ont été victimes avouent souvent que c’est le fait d’être éventuellement agressée plus violemment voir tuée qui les plonge dans un état où elles sont obligées de subir en silence, car elles ont peur. Avoir la possibilité de se défendre physiquement pourrait donc leur permettre de se libérer de cette peur qui va les paralyser.

Les petites astuces qui marchent

Plusieurs femmes ont avoué recourir à des petites astuces pour lutter contre le harcèlement de rue. Dans le cas de harcèlement verbal, les actions les plus communes sont par exemple faire semblant de parler au téléphone au moment de passer devant un groupe d’hommes, faire semblant de voir un ami au loin et donc changer de direction ou de trottoir devant un harceleur potentiel. Tout autant de petites astuces qui peuvent éviter une confrontation. Dans le cas de harcèlement plus physique, certaines personnes utilisent des armes de fortunes comme les clés de la maison en tant qu’arme de pointe ou encore des sprays au poivre ou du désodorisant pour aveugler les yeux de l’agresseur le temps de pouvoir se mettre en sécurité. Certaines utilisent même les réseaux sociaux comme une arme, voire comme preuve de l’agression. En effet, prévenir le harceleur qu’il est filmé peut suffire à le décourager ou dans le cas contraire va servir de preuve et d’identification contre le harceleur si la victime décide de porter plainte. Il existe d’ailleurs plusieurs affaires où les réseaux sociaux et les caméras de surveillance ont aidé à conclure des cas de harcèlement sexuel et d’agression en pleine rue. Il est donc possible de voir que la lutte contre ce type de harcèlement évolue même si dans d’autres domaines elle stagne. En effet, il faut se rappeler que les femmes subissent des harcèlements sexuels quotidiennement, et cela pas forcément dans la rue. Dans le milieu du travail, c’est aussi un fait quasi quotidien sans compter les harcèlements dans la famille par des parents ou encore des voisins. Aucun endroit ne semble totalement sécurisé pour les femmes qui doivent lutter quotidiennement contre les atteintes à leur dignité dans un monde qui a hyper sexualisé le corps des femmes en les considérant comme des objets. Il faut donc intensifier les actions de lutte contre ces phénomènes de harcèlement pour que les femmes puissent avoir les mêmes libertés que les hommes, à savoir marcher dans la rue et se sentir en sécurité.